Category

À la Une

Projet Transformation Digitale Orange x Amurabi 1

Projet de Transformation Digitale pour Orange

By À la Une

Nous avons interviewé Thierry Perrouault, Directeur des Opérations Juridiques en charge de l’Innovation chez Orange pour discuter de notre projet de Transformation Digitale.

En tant que Directeur des Opérations Juridiques au sein d’Orange, vous avez mené un large projet de digitalisation de la Direction Juridique, en créant de nouveaux outils selon la méthode du « centrage utilisateur ». En quoi consiste cette approche ?

C’est assez simple, en fait, elle s’appuie sur deux constats : 1. si on me propose d’utiliser quelque chose dont je n’ai pas besoin, je ne l’utilise pas ; et 2. La technologie est à notre service, et pas l’inverse.

C’est le même raisonnement en tant que professionnel du droit. Que je délivre un conseil, que je produise un contrat ou que je gère un contentieux, mon quotidien de juriste est rythmé par des habitudes, des contraintes, des interactions avec d’autres, des processus, des workflows, etc. Si on n’y prend garde, on nous impose un foisonnement et une complexité qui nous détournent de notre raison d’être et nuisent très directement à notre efficacité individuelle et collective et à notre plaisir au travail.

C’est l’analyse précise des parcours utilisateurs, de leur tâches essentielles et secondaires et surtout de leur besoins qui nous permet de remettre ces derniers au centre du jeu et de construire un écosystème et des services qui les servent vraiment.

Seule la connaissance intime des utilisateurs et de leurs besoins concrets permet d’améliorer nos modes de fonctionnement pour nous réapproprier du temps, et ainsi de rester concentrés sur notre cœur de métier.

Et seule la connaissance intime des utilisateurs et de leurs besoins concrets permet de travailler sur nos tâches répétitives et chronophages et de profiter de la collaboration transverse et de l’accès organisé à nos dossiers, contrats et modèles pour simplifier.

Vous avez souhaité appliquer la méthodologie du legal design pour concevoir et réaliser le plan de déploiement de ces nouveaux outils auprès des 700 juristes d’Orange, pourquoi ?

Simplement parce que le legal design est la mise en œuvre concrète et naturelle de la « démarche centrée utilisateur ».

A l’origine du « legal design » il y a le « design thinking » et ses 5 étapes : comprendre l’utilisateur, définir le problème, trouver la solution, prototyper la solution, et enfin tester la solution.

Et, sur cette fondation essentielle, le design permet de concevoir et créer des services utiles, faciles à utiliser et engageants. La dimension esthétique est à la fois importante et non essentielle : il s’agit avant tout de faciliter et de fluidifier les tâches du quotidien.

Quel est votre retour d’expérience sur ce projet de legal design mené en 3 mois environ ?

Nous ne pouvions pas avoir conçu les différents services que nous souhaitions mettre entre les mains de nos utilisateurs avec ce soucis permanent du centrage utilisateur et de design thinking sans poursuivre cette même démarche au moment où nous voulions annoncer le lancement et déployer notre plateforme de services digitaux.

Je ne regrette pas un seul instant cette démarche engagée avec Amurabi : son résultat concret est un actif clé et pérenne de la direction juridique d’Orange.  C’est un site interne et un visuel clé qui ont immédiatement généré de l’émotion parmi les utilisateurs : les livrables ont créé l’effet de levier espéré pour engager positivement l’accompagnement de la filière juridique d’Orange vers de nouveaux services et de nouvelles habitudes.

Y a-t-il des aspects dont vous ne vous doutiez pas et que vous avez appris lors de ce projet ? Des points négatifs ?

En fait, le visuel clé nous a permis d’encore mieux appréhender l’interaction et l’usage des différents outils digitaux en cause. Le visuel structure la pensée. J’étais convaincu et je le suis encore plus.

A l’issue de ce projet, comment définiriez-vous la valeur du legal design pour les directions juridiques qui cherchent à transformer leur façon de travailler, notamment par la digitalisation ?

En un mot : Intrinsèque.

Le legal design est inhérent à la transformation des directions juridiques, il lui est à la fois propre et essentiel.

L’étude de notre projet Orange est disponible ici.

Geoffrey, Designer for Amurabi Legal Design Agency

Legal Design – La vision d’un Designer par Geoffrey Dorne

By À la Une

Nous avons demandé à nos designer de nous donner leur perspective sur la pratique du Legal Design. 

Trop souvent, l’étude du Legal Design est faite par le prisme des juristes et non des designers. Pourtant, il n’y a pas de Legal Design sans designer !

Unbox Compliance Amurabi Legal Design Project

Voici l’interview de Geoffrey Dorne, sur son travail au sein de l’agence:

En quoi les projets de legal design vous intéressent par rapport à votre pratique?

Les projets de legal design sont dans la continuité d’un design centré sur les usages et la compréhension par le design graphique et certains défis contemporains. Ces aspects font office de projets phares pour éclairer, dans mon travail, de nouvelles perspectives.

Par rapport au(x) projet(s) de legal design que vous avez réalisé(s), quelle serait votre propre définition du legal design ?

D’une façon très maladroite « le legal design est une approche du droit par et avec le design pour délivrer un contenu plus juste, plus clair, plus sincère » 

Airbus Amurabi Legal Design Project

Le droit est une matière complexe, souvent aride et jargonneux. Comment appréhendez-vous cette complexité dans votre travail et quels outils/méthodes de design utilisez-vous pour la rendre accessible aux utilisateurs ?

Je m’entoure de professionnels afin qu’ils créent un cadre de compréhension pour moi, qu’ils puissent me transférer une partie de leur savoir de façon pédagogique, et conserver l’autre partie qui m’échappe pour créer un lien de grande confiance.

Designer le droit vous donne-t-il une occasion de résoudre des problèmes, difficultés techniques de design auxquelles vous n’êtes habituellement pas confronté ?

Oui. Une façon pour moi de mettre en pratique le design graphique dans sa pure logique, dans son élégance, dans son rapport à l’exigence typographique. Bref, de faire un design qui a du sens, qui s’appuie sur le sens et non sur une esthétique arbitraire.

Droits des femmes - Amurabi Legal Design Project

Quel serait le texte de droit, ou le sujet de droit que vous rêveriez de designer ?

😉

La future constitution ? 

Si le droit était un objet, à quoi ressemblerait-il ?

Une page au format A4. Elle offre un cadre, un standard, mais laisse la liberté de se l’approprier.

Geoffrey, Designer for Amurabi Legal Design Agency